L’actualité et nos enfants

Je suis sur mon canapé. Le sapin est allumé. Il fait bon chaud sous ma couverture. J’ai un thé entre les mains que mon mari m’a gentiment préparé. Les enfants dorment. Et devant moi sur mon écran de télévision, il y a l’horreur de l’actualité. J’ai l’estomac qui se noue et les larmes qui coulent. Je suis là, au chaud et eux crèvent de peur,  de froid, de faim. J’ai envie de vomir. Je rêve de journaux télévisés remplis d’évènements heureux et de bonnes nouvelles. Mais cela serait se mentir. N’est-ce pas?

Je ne pensais pas écrire sur l’actualité.

Ce blog est un espace dédié à la détente et parler  de ce qui se passe dans le monde, est loin d’être synonyme de relaxation.  Malgré tout, il est évident que ce sont des événements qui nous affectent tous, adultes comme enfants. Même  si on n’allume pas la télévision, nous sommes touchés d’un manière ou d’une autre et nos enfants aussi. Par nos discussions, nos angoisses, notre inquiétude. Et puis on se demande toujours si on doit parler de l’actualité avec nos enfants? On peut se sentir  mal à l’aise à l’idée d’expliquer ce qui se passe. Doit-on le faire? A partir de quel âge? Sous quel format? Comment leur dire sans qu’ils aient peur? Comment les rassurer et protéger leur innocence?

carte paris thereseandthekids actualité

Je me souviens. Nous nous étions posé la question lors des attentats de Paris. Nous étions tellement choqués qu’il avait paru évident qu’on en parle tous ensemble. Nous ne savions pas trop sous quel angle aborder le sujet, alors nous les avions laissé parler. Il y avait eu pas mal de questions, surtout d’expression de sentiment en fait. Ce qui me démontre encore une fois à quel point ils sont sensibles à l’environnement et au langage corporel. Nous avions tenté de répondre de manière brèves et claires. Afin d’illustrer nos propos, nous avons  longtemps hésité à leur montrer des images. Heureusement.  Je me suis documentée pour ne pas faire faux. #mèreparfaite. Voici ce que j’en ai retenu:

Comment leur en parler

  • Les images peuvent être très traumatisantes pour les enfants. On n’allume pas la télé pour regarder l’actualité avec eux . On les préserve même très jeunes. Par contre si ils voient des images. Il faut absolument qu’il puisse en parler. Décrire et exprimer leurs émotions.
  • On peut montrer des images de rassemblements pour faire prendre conscience aux enfants que nous sommes capable de nous mobiliser pour défendre des droits fondamentaux.
  • On évite de mentionner qu’il y a des méchants et des gentils.  Il faudrait en finir avec cette notion. Il n’y a que des humains qui souffrent.
  • En plus de la parole, pensez que les enfants peuvent s’exprimer de manière différente comme par le dessin ou le jeu.
  • On les laisse d’abord parler et on s’assure qu’ils veulent en parler.
  • On parle de manière simple et on adapte notre langage à l’âge de nos enfants.
  • Il ne faut pas mentir. On parle de la mort. Même avec des enfants en bas âge.
  • Il est important aussi d’agir si ils en ont envie. Faire des dons de jouets, ou de nourriture.
  • Il faut expliquer que “les policiers, les gendarmes, les militaires sont là pour nous protéger” et que “la vie est plus forte que la mort”.

C’est donc avec ce bagage de parents que vous avons décidé d’entamer la discussion sur les événements récents.

« Pourquoi ils tuent des gens, Papa? »

thereseandthekids alep actualités enfant

Ce soir nous avons allumé des  bougies. Nous pensions en allumer qu’une. Mais ça sera deux. Une flamme pour Berlin. Une flamme pour Alep. Ce n’est rien, des bougies. C’est insignifiant. Cela ne changera pas les choses. Ni la guerre. Ni la peur. Ni le Monde. Mais pour eux c’est important. Cela leur permet d’agir à leur échelle. Dès que nous avons annoncé notre intention les questions ont fusé.  Peut-être parce qu’ils se souvenaient des autres bougies allumées il y a peu.  Peut-être.

« Pourquoi il y a la guerre,? C’est maintenant? »

« Pourquoi il a foncé sur les gens, le camion ? »

« Moi je ne comprends pas qu’il ne se parle pas! »

« Ils vont passer Noël où ? »

« Ils n’auront pas de cadeaux? Je vais leur faire un dessin. »

« Moi, je vais leur donner tous mes livres et mes déguisements,avec ma cape orange et mon masque »

« Mais ici, ça peut arriver la guerre? »

« Maman y a  un volcan là-bas? Ca serait bien qu’il explose. Il arrêterait la guerre. » (un volcan?!?)

« On va prier pour eux »

« C’est triste, ce qui se passe »

« C’est pour ça que tu ne veux pas d’armes  à la maison , maman? »

Nous  les avons laissé parler. Ils savent déjà tant de choses (faites confiance à la puissance des cours  de récréations). Nous avons répondu naturellement en exposant des faits et en montrant  Alep et Berlin sur une carte.Nous avons tenté de les rassurer.Même si je ne peux pas leur promettre que rien n’arrivera à un de nous. Même si je ne peux pas leur promettre qu’il ne connaîtront pas la guerre. Cependant, je m’émerveillerai toujours de leur perspicacité, de leur questionnement et de leur empathie. Si juste. Qu’en était-il lorsque les parents cachaient tout?

Mais en réalité, tout cela me révolte.  D’être adulte. D’avoir des actualités de merde. De devoir parler de ça avec mes enfants. On devrait pouvoir leur laisser un autre monde. Un monde à la  hauteur de leur innocence. Mais au lieu de ça..Des guerres, des attentats, un « je suis charlie,  je suis berlin, je suis trucmachinchose », une bougie, des discours d’hommes politiques véreux, la presse qui en fait ses choux gras, nous qui avons peur, la haine qui se déverse et qui parfois même, s’installe. Le même scénario. La même histoire qui se répète, encore et encore … Les Poppys chantaient déjà en 1971, que  » Non, non rien à changé, tout, tout, à continué ». En 1971.

carte paris thereseandthekids actualité

Mais moi, je rêve. Je rêve de devenir une super-héroïne et d’aller tous les sauver. TOUS. Je prendrais ma cape et avec tous mes copains super héros, on irait tous les chercher. Tous. Mais en attendant, on est que des  humains. Des humains avec aucune humanité pour certains.

Ce que je voudrais, c’est que cela s’arrête, J’aimerais la Paix, partout. Je ne veux pas être miss Univers #votezpourmoi. J’aimerais y croire. La petite fille qui est en moi aimerait y croire…Appeler ça comme vous voulez; naïveté, utopie ou  débilité. Mais j’ai envie de croire. J’ai envie de croire en l’humanité. J’ai envie de croire que demain on trouvera une solution à toute cette merde. J’ai envie de croire que nos enfants sont une partie de la solution. J’ai envie de croire qu’on investira pour l’éducation sous le signe de la bienveillance et pour la paix. J’ai envie d’y croire. Parce que sinon je prends mes gosses, là,  tout de suite, maintenant, et on s’en va vivre en haut d’une montagne avec 2 chèvres, 2 poules et un chien.

En attendant ce soir, rien ne changera. Je ne changerai rien. Ni avec mon article, ni avec mes rêves. J’irai me coucher dans le confort de mon lit douillet entouré par les bras de mon mari. Demain, je m’énerverai pour des broutilles, je rirai  pour une bataille de coussins, et puis entre deux, mon coeur et mes tripes se torderont à la lecture de l’actualité. Jusqu’à ce que je prenne un shoot de leur odeur de petits pains chauds. On sera bien là tous ensemble. On s’aimera. Si seulement on pouvait les bombarder d’amour…Eux. Tous. Là-bas.

Prenez soin de vous!

« L’enfance c’est de croire qu’avec un sapin de Noël et trois flocons, toute la terre est changée »

André Laurendeau.


Pour aller plus loin:

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Related Posts

A bas les stéréotypes

A bas les stéréotypes

« Arrête de pleurer, un garçon ça pleure pas ». « Il a un pull rose, c’est une femmelette! » « Arrête de jouer aux voitures, joues à la poupée. » Le foot, c’est un sport pour les mecs » « Les filles, elles sont nulles en math et elles n’ont aucun sens […]

La césarienne

La césarienne

Je ne sais pas ce qui m’a pris d’écrire cet article. J’ai longtemps hésité à le publier parce qu’il traite de mon intimité. Et puis j’ai entendu une discussion à la place de jeux.  Deux femmes parlaient d’une amie commune ayant choisi la facilité en prévoyant une césarienne […]



Un petit commentaire, ça fait toujours plaisir ...


>