Le cas de la mini-jupe à 35 ans.

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez sûrement vu passer cette photo. Cette photo de mini-jupe qui brille en plein mois de décembre.  Elle a suscité pas mal de réactions. Donc, je me suis dit qu’elle valait bien un petit article. Oui, oui vous avez bien lu. On va parler d’un truc de nana. Un truc futile. Il en faut aussi. Non? Pour supporter la vie qui ne l’est pas.

Vis ma vie de femme

A Noël, cette année il faisait 15 degré. Il faisait beau et doux pour la saison. Un truc de dingues. Réchauffement climatique, vous avez dit?   J’ai donc cherché une tenue particulière pour cet évènement. Mais quand il faut s’habiller pour une occasion spéciale ou dès qu’on sort du quotidien, je ne sais pas quoi mettre. Ou plutôt, je ne sais plus. Je remarque qu’en vieillissant, je me mets parfois des interdits et du coup, je finis des fois à l’opposé de ce que je désirerais. Je m’autocensure.

Comme vous pouvez vous en douter, je prépare en priorité mes enfants et suis donc souvent la dernière à m’habiller. Afin d’être efficace et à l’aise, j’avais choisi une combinaison noire toute simple, la veille. Une combinaison, c’est pratique. Tu l’enfiles et hop, tu es prête. Pas besoin de réfléchir à ce que tu mets en haut. Pourtant, le matin une fois passée, je ne m’y sentais pas bien. Pas belle. Pas à l’aise. J’avais envie d’autre chose. J’avais envie d’être quelqu’un d’autre. C’est alors que je l’ai vu. Elle était là dans mon armoire. Au dernier moment, juste avant de partir, je me suis changée. J’ai décidé de porter cette fameuse mini-jupe que j’avais acheté en solde. Celle avec des paillettes.

« Si à Noël tu ne te permets pas les paillettes, je ne vois pas quand tu te le feras! « 

Donc, me voilà parti avec mes talons (oui j’en ai encore) ma jupe qui brille, mes collants et mon petit haut blanc pour deux heures de trajet. Le temps pour nous de rejoindre le lieu de domicile de ma maman. Deux heures qui m’ont permis de trop cogiter.

minijupe 35 ans tenue noel thereseandthekids zara mademoiselled

Jusqu’à quel âge la mini-jupe?

On passe sur le fait que je me pose des questions de la plus haute importance. Donc. Vous me direz le fait que je m’interroge, répond déjà un peu à la question. Ben oui, je sais, je vieillis. En effet, à 25 ans, jamais, je me serais questionnée sur mon droit légitime ou non de porter tels ou tels vêtements. Quoique… Mais c’est vrai que là, à 35 ans…C’est un cap. Je ne sais plus. Je ne sais plus si je peux faire confiance uniquement à mes goûts. Si j’ai le droit. Si j’assumerais le regard des autres. ( une de mes amies me dit que je suis torturée – vous en pensez quoi vous? )

Bon là, dans ce cas précis, ça va. On va en territoire connu. On va chez maman. Je me sens confiante. Il n’y aura que les regards bienveillants de la famille. Le plus difficile est encore de passer le seuil de notre appartement et de monter dans la voiture. Le plus dur est de choisir dans la garde robe et d’accepter le reflet dans le miroir.

J’ai été enceinte plusieurs fois et cela ne signifie pas seulement porter la vie. Non. Cela veut aussi dire voir son image changer. Accepter de se voir grossir. J’ai eu de la peine avec ça. C’est vrai. A ma première grossesse, j’ai pris 25 kg. J’étais une baleine #mobydick. Du coup me faire plaisir et me trouver belle, ça pouvait devenir une question de survie. Et au rayon grossesse pour garder un style, c’est un challenge. Mais bon, le pire restait à venir. Le après. Le ventre vide, flasque. Les kilos en plus qui empêchent de remettre des habits d’avant. Qui empêche d’être celle d’avant.

Et dire qu’avant, je me trouvais grosse (à 48kg, j’étais folle). Quand j’y repense, j’ai envie de sauter dans la voiture de retour vers le futur, de me tirer par les cheveux, de me coucher au sol et de me gifler. Option low kick balayette rotatif. Aujourd’hui après 4 grossesses, j’ai appris à aimer mon corps. Mon corps, certes, qui n’est plus celui de mes 23 ans, mais qui est pas si mal après tout. Et j’essaie tant bien que mal, de me retrouver.

Donc est-ce qu’il y a un âge limite? ( oui-oui un peu comme les dates de péremption ;-)) Quand est-ce que je vais me faire traiter de vieille, ou de provocante? Devrais-je porter une longueur genou? Ai-je droit à toutes les matières? Est-ce que j’ai le corps qui le permet?

A cette question, mon mari, m’a répondu, sans surprise:

-A n’importe quel âge ma chérie. Moi j’adore ça les mini-jupes…. #vilainpervers #useless

minijupe 35 ans tenue noel thereseandthekids zara mademoiselled

Mais si je devais aller dans la rue, qu’en serait-il? Faut-il se plier aux conventions? Faut-il faire comme tout le monde?  C’est comme les cheveux longs, les t-shirts imprimés, est-ce qu’il y a un âge limite?

Après de rapides recherches sur internet, je me suis rendu compte que je n’étais pas seule à me poser ce genre de questions. Selon la presse féminine, il paraîtrait que oui. Il existe bel et bien, un âge limite. Comme vous pourrez le lire ici, la minii-jupe c’est 35 ans. Aïe. Ca fait mal. Dernière année. Par contre pour les cheveux longs, la queue de cheval et les talons aiguilles, je peux attendre la cinquantaine. Ouf. Me voilà rassurée. Non, mais ça va pas. A bas les diktat. Des règles sûrement édictées par des frustrés ou des jaloux. Donc …

A bas l’autocensure!

Après 2 heures à philosopher, seule ( je vous déconseille de parler de ça avec un homme; le mien avait clos la discussion avec sa réponse du haut), j’ai envie de vous dire qu’à 35 ans, si on a envie de porter des mini-jupes, ou quoique ce soit d’autres d’ailleurs. On le fait. Un point c’est tout.

Si elle me plaît, si elle me va, si je me sens belle,  je le fais. Honnêtement, j’ai hésité quand je l’ai enfilé à la maison. Mais j’ai vu le regard approbateur de mon amoureux, de ma fille « tu es belle maman », et là  je me suis dit que la vie était trop courte pour se brider. Je me plais. Je leur plaît. C’est le principal.  Cela peut paraître futile de parler d’une longueur d’une jupe. Mais à travers nos habits, nos tenues, les accessoires,  nous montrons tous une partie de nous. Les minimalistes comme les shopping addict. Si nous n’avons pas le courage de nous habiller comme l’on désire, nous n’avons pas tout à fait le courage de montrer qui nous sommes. Parfois ça demande un effort. Plus que d’habitude. Mais ca en vaut la peine.

C’est comme ce qui se passe actuellement autour de moi; le lancement de « Mamans comme on peut » (websérie) et le support image du blog. Ce sont des moments ou je prends beaucoup de plaisir même si ce n’est pas évident d’accepter son image. Cela me permets d’avancer, de mûrir et d’arrêter de m’interdire de faire ou de vivre des choses sous peine d’être jugé.

C’est comme cet espace que j’ai créée. Ce lieu virtuel pour échanger et partager. J’en rêvais depuis longtemps. Et puis un matin, on se lance. « It’s now or never ». Alors, j’ai choisis. J’ai mis mes doutes et mes peurs de côté et j’ai foncé. Après tout, je suis comme je suis.

S’accepter. Accepter nos choix, nos goûts. Etre différent. Ne pas suivre les règles. Oser être soi. C’est pas évident. Parfois ça peut commencer par une mini-jupe…

J’ai 35 ans. J’ai les cheveux longs. J’aime les t-shirts imprimés. J’aime les mini-jupes à paillettes. Et alors?

Prenez soin de vous!

 minijupe 35 ans tenue noel thereseandthekids zara mademoiselled

mini-jupe 35 ans tenue noel thereseandthekids zara mademoiselled

mini-jupe 35 ans tenue noel thereseandthekids zara mademoiselled

MiniJupe – Zara- en solde

Blouse Lola – Mademoiselle D – en solde aussi.

Escarpins – La Redoute .

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Related Posts

Comment porter le jean taille haute?

Comment porter le jean taille haute?

Avant mes grossesses, la maternité et tout le tsoin-tsoin, j’étais une addict au shopping et j’avais une garde-robe qu’on pouvait qualifier de femmes actives et sexy. Même si raisonnablement j’avais beaucoup trop d’habits, j’appréciais me tenir informé de ce qui se faisait et j’aimais suivre la mode. […]

UN RELOOKING POUR NOVEMBRE

UN RELOOKING POUR NOVEMBRE

Ce soir, j’ai envie de te parler chiffons, d’écrire un truc léger. J’ai plusieurs « gros » articles en rédaction dont mon conseil en image et nos 4 jours à Centerparcs, mais avec le froid qui arrive, mon rhume et ma fièvre,  je préfère inaugurer la catégorie […]



4 thoughts on “Le cas de la mini-jupe à 35 ans.”

  • Ça me fait plaisir de te lire car oui à 35 ans l’autocensure est de mise. J’ai exactement le même problème, est-ce que j’ose sortir comme ça ? Je serai la seule et tout le monde va me juger. J’ai décidé qu’en 2017 c’etait l’année de la jupe pour moi, j’ai fait une commande chez Zalando… reste plus qu’à les porter…

  • Je crois qu’il faut pas te poser tant de questions! Elle est très jolie, ta jupe, surtout avec la blouse qui calme parfaitement le jeu!

    De ce que je vois tu es jolie, tu as du peps – donc si toi tu ne peux pas porter une mini jupe à paillettes, et surtout à Noël, personne ne peut! (j’aurais même tendance à penser qu’à 35 ans, on sait mieux l’assortir pour pas être vulgaire, donc c’est fnalement plus joli qu’à 25 ans où on peut trop se lâcher!).

    Reste qu’avec un mini-gluon posé sur la hanche, c’est juste moins pratique qu’un bon vieux slim ;o)

    En tout cas j’aime beaucoup tes articles! Merci pour ce beau blog, ça m’inspire pour le mien!

    • Merci pour ton commentaire plein de bienveillance et mention spéciale au « mini-gluon » posé sur la hanche. hihihi. Effectivement, comme accessoire , c’est imparable pour calmer une tenue un brin trop sexy 🙂 .
      Le bon vieux slim c’est ma tenue de combat au quotidien !

Un petit commentaire, ça fait toujours plaisir ...


>