Une journée à deux

Une fois parents, on apprend assez rapidement qu’il est essentiel de se réserver des moments à deux pour entretenir la vie de couple. Pour ne pas pêter les câbles, pour garder patience, pour rester zen mais surtout pour entretenir la complicité et l’intimité. Mais dans la pratique, c’est moins évident. C’est même carrément un challenge. En tout cas, pour nous. Garder 4 enfants en bas-âge ce n’est pas donné à tous le monde et nos parents habitent à deux heures de trajet de notre domicile, certains travaillent encore et nous cherchons encore LA babysitter. Alors de manière irrégulière, nous organisons une journée ou un moment privilégié pour casser la routine quotidienne, pour parler d’autres choses que de la couleur des selles de notre fils ou de ce qu’on va faire à manger. Bref, pour nous rappeler qu’avant eux nous étions un couple d’amoureux.  Cette fois-ci, nous avions un programme; sport, massage, détente et shopping. Nous avions même prévue une virée au restaurant. Une journée pour entretenir  la flamme.

Adieu culpabilité

C’est notre journée. Elle est prévue depuis longtemps. Pas d’improvisation. Quand on devient parents, dame spontanéité part en vacances avec ses copains temps libre et sommeil, pendant que madame culpabilité pointe le bout de son nez. Vous savez celle qui vous fait hésiter de les laisser pendant les vacances scolaires. On devrait rester avec eux; profiter de faire des activités avec eux, profiter… et puis, il y a cette envie de n’être qu’à deux. Juste une petite journée. Cette envie de partir loin des corvées quotidiennes et de se reposer. Au diable, la culpabilité.La garde de nos 4 minis est même assurée jusqu’au soir, de quoi nous permettre de voir ce qui se passe en dehors de notre salle de bain à 18h30.  Le terrain de badminton  et les massages sont réservés.

Sauf que voilà…  il est 8h00 et la gastro s’est invitée chez nous cette nuit. 2 enfants sur 4 ne sont pas en forme et pire que ça, mon homme a déjà vomit 2 fois. Il a une tête qui demande qu’a rester au lit.

– On annule. J’appelle.

– Non je vais allez mieux. On y va.

– T’es sûr? Jules est malade. Il a de la fièvre. Tom n’est pas mieux. Et je ne sais pas si tu as vu ta tête… On ne peut pas partir.

– Si on peut (il prépare nos affaires) . On sera mieux là-bas, à rien faire qu’ici à gérer tous le monde.

Je l’aime.

A 10h00, les grands-parents sont arrivés. On part sous les « vous devriez rester, vous serez mieux ici à vous reposer ». Ils ne se rendent pas compte.  On est mieux ailleurs, pour se reposer. On zappe l’étape sport vu l’état de santé de monsieur,  et on part pour les bains thermaux d’Yverdon. A la réception, on enfile de jolie chaussons et on récupère nos peignoirs. On se change. Pourquoi les peignoirs des bains sont-il si immenses? Mon homme m’appelle « mon petit chamallow ». Pour la Sexy attitude, tu repasseras. On va se baigner. Et dire qu’on devrait préparer le repas, mettre des bavettes,répéter 5 fois la même chose, nettoyer sous la table, … Aaaaaaah. #bonheur

Après trois allers retours dans la piscine à remous, et deux immersions dans le bain japonais, il est l’heure d’aller se faire masser. Je ne connais rien de mieux pour se détendre et profiter de l’instant présent que de s’offrir un soin. Enfin, faudrait-il encore arriver à mettre mon cerveau sur off. Pendant toute la durée du soin, je ne cesse de me demander quand cela va s’arrêter (rassurez-moi cela vous arrive aussi? hein?)  Il est 13h30 quand nous décidons d’aller manger. Je commence à me sentir ballonnée et nauséeuse. Au secours. Mon homme, lui,  est en pleine forme. Il dévore un gâteau aux 4 fromages. Depuis que je le connais, il n’est pas malade plus de 12 heures d’affilées. #superman

Je le déteste.

Interdiction de prendre des photos

Nous rejoignons l’espace détente pour faire un hammam. Je croise des gens sans maillots de bains. Décidément, je ne m’y habituerai jamais. On entre dans le hammam. Il est assez doux, il y a peu de vapeur. Je m’allonge. Soudain, je sens comme une pression sur mon ventre. Mais …c’est un pied qui m’écrase.

– Pardon je ne vous avais pas vu.

– (Sans blague)ben euh…

Nos esprits remis, nous allons nous détendre dehors sur les transats. Confortablement installée, je dégaine mon téléphone pour prendre une photo puis je le garde dans la main dans le but de partager mon cliché et surfer.( addict, je vous dis) Soudainement, je suis interrompue.

– (Elle) On n’a pas le droit de prendre de photos.

– (Moi) Je ne prends que mes jambes, regardez. ( Elle aurait pu me dire bonjour)

– (Elle) On n’a pas le droit de prendre de photos.

–  Ok. Je le range. D’abord, je finis d’écrire.

– On n’a PAS LE DROIT de prendre de photos.

-(Elle a buggé ou quoi?)Je vous assure c’est pour ma sphère privée…

– (Il m’arrache mon téléphone des mains) Elle a compris. Elle va arrêter. Merci.

#superman, acte 2.

amoureux bain yverdon thereseandthekids

OK, OK, OK. Je suis d’accord, j’exagère. A ma décharge dans mon esprit d’addict (encore plus depuis que j’ai lancé le blog), l’interdiction concerne ceux qui passe un appel (ça fait du bruit donc ça dérange) mais pas ceux qui surfent sur internet, écrivent des sms, regardent leurs mails ou prennent des photos à l’extérieur.

Bref. J’ai donc risqué ma vie que dis-je ma liberté pour ce cliché. J’espère que vous appréciez? La dame ne m’a plus quitté du regard de toute l’après-midi. Je pense que je dois être fichée à l’heure ou vous lirez ces lignes. #jesuisrelou.

Une dernière tasse de thé (on est fou fou fou!)  à l’espace détente, puis nous décidons de rejoindre Lausanne pour un peu de shopping et ensuite aller manger. Sur la route, je commence à avoir la nausée. Arrivée à la fnac, je manque de vomir au rayon BD. Je reprends mes esprits et une gorgée d’eau, et me dirige rapidement au rayon des ordinateurs pour y choisir une nouvelle souris. Mon regard se brouille, j’ai de plus en plus chaud, j’ai la tête qui tourne. Je sors prendre l’air la souris à la main. L’alarme se déclenche. Super. Discret. Je suis une délinquante qui a envie de vomir. Superman donne-moi tes pouvoirs!

– Tu veux qu’on rentre?

– Noooon, on est en plein dans les heures du repas, bain, histoire, brossage de dents. On reste là.

Une soirée en amoureux

Notre choix se porte sur le café de Grançy pour lire tranquillement dans les canapés et faire une partie de Scrabble (on est fou fou fou) . Le restaurant est presque plein. Un joyeux brouhaha règne. Tous ces gens qui vivent à 19h00, ces étudiants qui sortent, qui rient, qui vivent en résumé. Ca fait du bien. C’est un divertissement de les regarder. La méthode Caué ne marche pas; mon état est de pire en pire. Surtout quand il commande l’apéro  » je fais tout péter comme ça j’aurai déjà souper ». Pourquoi diable faut-il que cela m’arrive quand on est que les deux? J’ai tellement envie de vomir et de dormir.

– Et si je m’endormais là dans le canapé… Non?

– Non.

Il est 20:30 quand nous franchissons la porte de chez nous. C’était notre journée en amoureux prévue depuis 4 semaines. Une journée pour entretenir la flamme.

La prochaine fois, on essaiera l’improvisation.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



Un petit commentaire, ça fait toujours plaisir ...


>