Un restaurant 100% végétarien, le Bad Hunter

Le 24 novembre, nous avons testé le nouveau  restaurant végétarien, Le Bad Hunter.

Depuis plus d’un an, je remets en question notre manière de consommer. Il me plaît de penser que la lecture du livre de Béa Johnson et le visionnage du film Demain doivent y être pour quelque chose, mais concrètement, je n’en suis pas si certaine. Le processus était déjà enclenché bien avant. Le fait de devoir répondre aux questions pleines de bon sens de mes enfants,  » Alors ça veut dire que la on mange quoi une poule, un cochon? » « Oui, mais on l’a tué. Comment alors? » « Oui mais ils vivent pour être manger? C’est triste » . Oui, mes enfants sont perspicaces. Du coup, vu que j’étais de  moins en moins à l’aise avec les réponses que je leur donnais, il fallait changer. Lentement, mais sûrement .  Je me dis que si je peux agir et leur montrer une autre manière de vivre et de consommer c’est maintenant qu’il faut changer.  OK. C’est plus court et plus glamour de dire que c’est grâce à un livre et un film. Non?

Quoiqu’il en soit cela influe sur notre vie quotidienne. Bref. Je ne vais pas en dire plus pour l’instant, je vous ferai un article dessus si cela vous intéresse, mais cela implique une attention toute nouvelle sur notre manière de manger et donc, notre consommation de viande. Du coup, je suis toujours à l’affût de nouvelles recettes et de nouveaux endroits à découvrir. Bien que nous ayons la chance à Cossonay d’avoir un excellent take-away qui fait des plats végétariens succulents, nous franchissons avec enthousiasme le pas de la porte de ce nouvel endroit ou avant nous allions danser. ( Mon dieu c’est donc ça, vieillir?)

Dès la porte d’entrée franchie, je ne peux m’empêcher de la remarquer. La décoration. Ultra tendance. Grandes tables en bois, terrarium, ampoule nues à filaments, coin fauteuil, armatures en bois. J’aime beaucoup. La suite s’annonce bien…

Le Bad Hunter c’est quoi?

Littéralement comprenez mauvais chasseur. Comme vous l’aurez compris (ou pas, hein après tout) c’est un restaurant végétarien, 100% sans viande, donc. Si-Si. 400 m2 sur deux étages en plein quartier du Flon dans les anciens locaux de l’Atelier Volant. Fini, les salsas endiablées, place à la restauration rapide pour un public jeunes et branchés. Petit détail que je trouve cocasse, l’endroit appartient à la société PIQ  qui détient aussi, pour ne citer que lui  Holy Cow. Holy Cow, le roi du Burger. A la viande.

La carte vous offre des salades, des wraps, des smoothies et des desserts pour des tarifs allant de 7 CHF à 16.90 CHF.

Ouvert 6 jours sur 7 , de 11h à 23h.

 

Bon appétit #miam #badhunter #thereseandthekids #blog

Une photo publiée par Thérèse And The Kids (@thereseandthekids) le

Notre expérience

Lorsque vous entrez, vous arrivez directement en face du comptoir pour passer commande, en mode self-service. Les menus s’affichent juste au dessus. Si vous connaissez Holy Cow, vous n’allez pas être dépaysé, ils ont la même manière de fonctionner. Heureusement, qu’il y a une file d’attente pour que nous puissions prendre connaissance de la carte. Les noms sont en anglais. Heureusement que les descriptions, elles sont en français. Tout le monde n’est pas bilingue. Si? Pas mal de mets sont en grisâtres avec la mention « à venir » . C’est vrai, ils ont ouvert il y a 20 jours. Tiens, mais c’est Withney Toyloy devant nous. Donc nous décidons de prendre trois plats afin de tester un peu de tout. D’emblée en voyant passer les assiettes sur les plateaux des serveurs les wraps ne nous font pas envie. C’est notre tour. On est accueilli par un énorme sourire, très agréable.

« Bonjour! et pour vous ça sera? « 

Notre choix se porte sur le plat plébiscité par Dominique Deletra (responsable de la communication du groupe) dans un article paru dans le magazine Femina, le bowl « Raisin the Roof ». Nous prenons la soupe du jour à la noix de coco et au brocoli ainsi qu’une salade la « Soymazing ». On sent l’agitation. Il faut faire vite. Derrière nous, il y a du monde. On paie rapidement et on repart avec une petite affichette. Grâce au numéro indiqué dessus, les serveurs nous apporterons nos plats à table. Cool.

Nous choisissons de prendre l’escalier pour accéder à l’étage.(Petite parenthèse, pas d’accès possible à l’étage par ascenseur. Les poussettes et les personnes handicapées sont donc priées de rester au premier étage. Encore faut-il trouver de la place.) On profite de s’installer à un bar, nous ne sommes que les 2. Le restaurant est quasi plein, il est 12h30. Il règne un joyeux brouhaha, l’ambiance est décontractée, jeune. L’ampoule avec le filament est certes très jolie, mais elle éblouie. Elle est à la hauteur de nos regards.

Nos plats arrivent rapidement. Restauration rapide. Je prends une photo en blogueuse débutante que je suis. Tout cela à l’air délicieux. Nous avons faim. Le bowl est quasi froid tout comme la soupe qui est tiède. Les 3 plats sont fades. Ils manquent de saveurs. Comprenez que je m’attendais à découvrir des alliances de saveurs, des goûts nouveaux en mode « c’est fou, tu vois comme on peut se régaler même sans viande et de manière saine ». Ben pour le coup, tu repasseras.  Aucune sensation de gourmandise ou de danse de la joie dans mon palais. Nous n’avons pas du tout été subjugué. La description promettait tant. Le meilleur restera encore la soupe du jour. Nous ne prenons pas de café, ni de dessert et partons profiter du soleil.

Nous n’y reviendrons pas et surtout pas avec nos enfants. Ou juste pour prendre un dessert ou un smoothie. Je trouve dommage de véhiculer une image du végétarisme aussi peu savoureuse. Car je sais que c’est possible. A la maison, on arrive à cuisiner des menus qui donnent envie et malgré tout qui reste équilibré. Ils devraient y arriver aussi. Bref, heureusement que mon état d’esprit ne changera pas après cette visite. Il serait dommage de se dire que, si manger végétarien ou équilibré se résume à cela, autant prendre des antidépresseurs de suite ou continuer sur la junk food.  Mais qui sait peut-être que l’offre va s’étoffer et que nous verrons fleurir à la place des mentions « à venir » des tartes salées, des galettes de quinoa, des galettes de courgettes ( oui, j’aime les galettes).

Nous saluons le concept; prendre soin de notre santé en mangeant équilibré, rendre attrayant et accessible de plats végétariens auprès des jeunes. C’est une démarche intéressante et dans l’air du temps. Même si les plantes sont faussses ( et oui quelle déception), que les prix sont un peu surfaits et que notre expérience n’est pas concluante, j’ai été ravie de tester en amoureux ce nouveau lieu branché du Flon. En attendant l’ouverture dans l’ancien buffet de la gare de notre excellentissime restaurant végétarien préféré, le Tibits, on s’en va féliciter le propriétaire du Jardin de Teli pour ses cours de cuisines inspirants et ses assiettes végétariennes délicieuses, pleines de saveur et copieuses. Comme quoi je vous le dis, c’est possible!

Et vous, vous avez testé?  Vous en avez pensé quoi?


Liens utiles:

https://www.tibits.ch/de/blog/detail/items/tibits-lausanne.350.html

https://www.facebook.com/le.jardin.de.teli/

http://badhunter.ch/fr/

http://www.femina.ch/loisirs/cuisine/26-bonnes-adresses-restos-lon-mange-vegetarien

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Related Posts

La césarienne

La césarienne

Je ne sais pas ce qui m’a pris d’écrire cet article. J’ai longtemps hésité à le publier parce qu’il traite de mon intimité. Et puis j’ai entendu une discussion à la place de jeux.  Deux femmes parlaient d’une amie commune ayant choisi la facilité en prévoyant une césarienne […]

C’est quand le bonheur?

C’est quand le bonheur?

Mardi soir au retour de mon cours de yoga, j’étais détendue et pleine d’énergie positive. J’avais pris du temps rien que pour moi et c’était l’essentiel. Tout le reste pouvait attendre. Pourtant dès que j’ai poussé la porte de la maison, mon regard s’est posé sur un jouet qui traînait dans […]



Un petit commentaire, ça fait toujours plaisir ...


>